Les poules pondeuses en surpoids : un danger méconnu qui menace l’industrie avicole !

Photo of author
Written By Thomas

Bienvenue sur "le-manifeste.fr" ! Je suis un expert des choses à manger et à éviter, et j'adore partager mes connaissances et mon expérience sur ces sujets. J'ai créé ce blog pour aider les gens à prendre de meilleures décisions alimentaires, en leur fournissant des informations fiables et en les informant des pièges à éviter.




Comment éviter le surpoids chez les poules pondeuses

Comment éviter le surpoids chez les poules pondeuses

Ration journalière ideale

Vous pensez que si vos poulets reçoivent leur portion quotidienne, rien ne leur manque pour pondre de bons œufs. Faux ! Quelle est la ration journalière? Quel est l’impact du surpoids chez les poules pondeuses? Est-ce que cela augmente ou diminue leur productivité? Pourquoi doit-on maintenir la bonne santé des poulets? On répond dans cet article

Crédit : bogubogu/shutterstock

Impact du surpoids chez les poules pondeuses

Les signes qu’une poule est malade sont assez éloquents et identiques à ceux chez une personne fiévreuse : un nez qui coule, des yeux gonflés et larmoyants, une toux qui perturbe la respiration, une perte de plume et une perte de poids. Un vermifuge naturel comme l’ail dans l’eau est peut-être le remède nécessaire pour que l’animal reprenne son rythme de vie sain. Pathogènes ou pas, les maladies dont souffrent les plumeux impactent leur ponte régulière. Comment les maintenir en bonne santé? Suivre un bon régime alimentaire et désinfecter le poulailler sont les facteurs les plus importants pour avoir des poules heureuses.

Surpoids et fertilité

Le déséquilibre hormonal est à l’origine de moult problèmes de santé chez les humains, y compris, l’infertilité. Qu’est-ce qui le provoque et peut-on l’éviter?Parmi les facteurs qui affectent l’ovulation, on peut compter l’obésité, le stress, une surcharge physique, un environnement nocif et certaines maladies. Qu’en est-il chez les animaux, et est-ce que quelques kilos de plus peuvent nuire à la qualité de vie de votre chat, par exemple?

Lire aussi :  Des oignons caramélisés à la saveur envoûtante : une expérience gustative qui transportera vos papilles au paradis!

Conséquences d’un surpoids

C’est erroné de penser que la seule condition qu’une poule ponde régulièrement soit la bonne alimentation. Un facteur obligatoire, mais pas unique. Le poulailler doit offrir assez d’espace pour que ses habitants se promènent librement, une aération et une hygiène adéquates, un pondoir approprié aux besoins de toutes les pondeuses. Si ces conditions/facteurs manquent, les poules peuvent prendre du poids, et par suite, développer un syndrome hépatique. La graisse s’accumule autour du foie et de l’abdomen, la stéatose hépatique provoque des hémorragies et par conséquent, le poulet meurt.

Identifier le surpoids

Parfois, le duvet crée une apparence trompeuse et on a l’impression que la poule est obèse. Pour vérifier, il faut palper le bréchet du poulet. S’il est impalpable avec le pouce et l’index, il est évident qu’il est recouvert, donc, la poule a un surplus de graisse. Cette dernière présente un risque de santé surtout au moment de la ponte : l’œuf peut rester coincé. Il faut agir dans les 48 heures à venir, pour sauver l’animal. Il est facile de savoir si votre poulet est obèse. Vous devriez sentir le sternum ou l’os de la quille dans la zone de « l’estomac ». Trois options sont possibles : Si vous pouvez à peine sentir l’os à travers le muscle ou si vous ressentez plutôt un décolleté de chaque côté, le poulet est en surpoids. Si l’os de la quille dépasse fortement et vous ne sentez pas beaucoup de muscles de chaque côté, le poulet a un poids insuffisant. Si vous pouvez sentir juste le bord de l’os mais un peu de muscle de chaque côté, le poulet a le poids correct.

Lire aussi :  Des secrets insoupçonnés révélés : la meilleure façon de tailler les rosiers remontants pour des floraisons éblouissantes !

Régime idéal

Les aviculteurs sont unanimes : la ration journalière d’une poule pondeuse varie de 100 à 180 g de graines à condition qu’elle vive en liberté et en fonction de sa taille. Étant gourmandes et omnivores, les poules sont toujours en train de picorer quelque chose, donc, ne donnez-leur plus de la portion de graines recommandée. Ayez en vue qu’elles trouvent d’autres « friandises » dans l’herbe : insectes, sauterelles, limaces et cela complète leurs repas. Des restes alimentaires comme des épluchures de concombres, de tomates et d’autres légumes peuvent aussi varier l’alimentation. Sans excès, bien sûr, car les poules ne sont pas de cochons. L’excès de blé fait de la graisse blanche et l’excès de maïs, de la graisse jaune. Même si les graines sont la meilleure nourriture, il faut diversifier avec du vert (légumes, salades).


Thomas
Les derniers articles par Thomas (tout voir)
Lire aussi :  Arrêtez les ravages des rongeurs sur vos arbres avec ces astuces infaillibles!

Laisser un commentaire