Découvrez le remède révolutionnaire pour éradiquer définitivement le mal des transports !

Photo of author
Written By Thomas

Bienvenue sur "le-manifeste.fr" ! Je suis un expert des choses à manger et à éviter, et j'adore partager mes connaissances et mon expérience sur ces sujets. J'ai créé ce blog pour aider les gens à prendre de meilleures décisions alimentaires, en leur fournissant des informations fiables et en les informant des pièges à éviter.






Le mal des transports : causes, traitements et prévention

Le mal des transports : causes, traitements et prévention

Qu’est-ce que le mal des transports ?

Demain, le 21 octobre, c’est le début des vacances de la Toussaint et le séjour en famille planifié depuis toujours commencera finalement ! Moi, j’aime bien la villégiature, mais pas tellement le voyage pour y arriver. La raison ? Bien-sûr, c’est le mal des transports…

La science explique le mal des transports (appelé aussi cinétose) par l’incohérence entre les objets en mouvement perçus par nos yeux et l’information enregistrée par notre oreille interne qui nous dicte que nous sommes statiques. Cette dissonance sensorielle peut provoquer des étourdissements, des vertiges, des maux de tête, des sueurs froides, des nausées et des vomissements. Les symptômes et leur gravité varient de personne en personne, mais tout le monde est d’accord que c’est une expérience horrible.

Les enfants sont plus à risque de cinétose

Alors, si pour moi le mal des transports est devenu une indisposition assez désagréable, mais toujours supportable, pour mes gosses, c’est un véritable cauchemar ! Il finit souvent avec des vomissements, parfois, à l’extérieur des sacs prévus à cette fin, mais presque toujours, à l’intérieur de l’habitacle. Et devoir nettoyer du vomi dans une voiture est un autre drame en soi. Oui, c’est pire pour les passagers assis à l’arrière de l’auto et, selon les statistiques, cela vaut à plus forte raison pour les enfants âgés de 2 à 12 ans.

Chanceuse moi, les miens ont 5 et 11 ans. Toutefois, cette fois-ci, j’ai décidé d’être mieux préparée ou, au moins, mieux informée…

Lire aussi :  Découvrez la coiffure femme de 70 ans qui est le secret infaillible pour une élégance époustouflante en 2023 !

Médicaments contre le mal des transports

D’habitude, j’opte pour l’homéopathie contre le mal des transports, mais je ne peux pas dire si ça marche pour de vrai, car le résultat diffère chaque fois qu’on voyage. De toute façon, pour ma fille (11 ans), les épisodes de nausée et vomissements sont devenus assez rares, mais pour mon fils (5 ans), il paraît que la situation empire. Y a-t-il donc un traitement contre cet état pénible ? Apparemment, oui et non, surtout si les facteurs efficacité et innocuité entrent simultanément dans le jeu.

Sauf la Cocculine, qui est un médicament homéopathique sans ordonnance, on rencontre aussi le Gravol qui est du groupe des antihistaminiques. Il n’est pas donc en vente libre et il peut provoquer des effets secondaires tels que la somnolence et l’agitation excessive (deux états qui s’annulent autrement, non ?). Nausicalm est un autre antinaupathique populaire qui agit sur le système nerveux et vient de pair avec ses propres effets indésirables éventuels. Selon la notice patient fournie par le fabricant, il peut « prévenir et traiter le mal des transports, chez l’adulte et l’enfant dès 2 ans, et traiter les nausées et les vomissements passagers non accompagnés de fièvre, chez l’adulte et l’enfant à partir de 6 ans seulement ». Autres médicaments du même groupe, mais avec d’autres noms de commerce sont Mercalm et Nautamine. On trouve aussi des patchs Scopoderm, mais ils peuvent provoquer de la tachycardie et sont à éviter avant l’âge de 15 ans.

Quel est le moindre mal ? Lunettes, bracelets et plus encore

Il existe aussi des moyens de prévenir ou au moins de soulager la cinétose qui n’incluent pas des médicaments. Un bon exemple est le soi-disant bracelet mal des transports qui appui sur les principes de l’acupression. Néanmoins, la stimulation de certains points sur le corps n’est pas encore une méthode de traitement prouvée par la science.

Lire aussi :  Découvrez le fascinant impact de la lune sur votre sommeil : révélation choquante ou simple illusion ?

Les lunettes mal des transports sont un produit relativement neuf sur le marché. Ils prétendent de créer un faux horizon avec des tubes remplis de liquide dans leurs montures ou avec des verres stroboscopiques. Pas mal de publications chantent leurs louanges, mais pour le moment, il n’y a pas de recherche publiée pour confirmer l’efficacité de ces dispositifs anti-nausée. Il y a aussi des huiles essentielles contre la nausée comme le gingembre, la lavande, la menthe poivrée, la cardamome ou le fenouil, qu’on peut apporter avec soi. À propos, ils sont sans risque pour les chiens touchés par le mal des transports aussi.

Quelles sont les autres mesures à prendre ?

À part des traitements contre les nausées, les vomissements, etc., qu’ils soient avec ou sans médicaments, on sait avec certitude qu’il y a de bons gestes qu’on peut adopter pour parer aux effets de la maladie du transport et des faux pas à éviter en voyageant.

  • S’asseoir à l’avant d’une voiture ou d’un autobus (quand possible et permis)
  • Choisir un siège côté hublot en avion ou en train.
  • Essayer de s’allonger, de fermer les yeux, de dormir ou de regarder l’horizon
  • Boire de l’eau et éviter les boissons caféinées ou alcoolisées
  • Manger fréquemment de petites quantités de nourriture
  • Se distraire en écoutant de la musique
  • Sucer des pastilles au gingembre, au citron ou à la menthe
  • Faire des pauses pour prendre l’air frais, s’étirer ou se promener
  • Ne pas fumer
  • Ne pas lire, regarder des films ou se fixer sur les écrans des appareils électroniques
  • Ne pas suivre des yeux les objets en mouvement, comme les voitures qui passent
  • Ne pas manger des repas copieux ou épicés
Lire aussi :  Découvrez notre sélection des super-héros des jardins : les plantes indestructibles qui défient la sécheresse !


Thomas

Laisser un commentaire